Prendre soin de son foie (partie 2)

| 28 décembre 2015 | 4 Commentaires

Intoxication, lithiase, hépatites
Expressions et solutions aromatiques

L’expert : Aude Maillard, Docteur en Pharmacie, Aromathérapeute et Réflexologue.

Praticienne et diplômée en aromathérapie scientifique, réflexologie plantaire et olfactothérapie, Aude Maillard a une approche très complète des huiles essentielles, à la fois scientifique et énergétique.C’est aussi et avant tout une passionnée des huiles essentielles avide de transmettre son savoir.Aude Maillard anime aujourd’hui des ateliers d’Aromathérapie Aroma-Zone et est également à votre disposition pour des consultations personnalisées : pour davantage d’informations, connectez-vous sur www.aude-maillard.fr

 

Le foie peut exprimer son malaise de différentes manières, du problème psycho-émotionnel à la paresse hépatique en passant par l’hépatite ou la lithiase. Revue d’effectif des protocoles aromatiques adaptés (Suite de la Partie 1 : Prévention et entretien du foie).

 

Prendre soin de ses humeurs

Si le bilan sanguin peut révéler des marqueurs hépatiques augmentés, signe évident d’une souffrance de l’organe foie, cette souffrance peut aussi rester plus atypique et s’exprimer par des aspects émotionnels ou subtils. Selon les principes de la médecine chinoise, le foie somatise la colère, elle-même nourrie par le principe de bois.

Lorsque le foie est tendu et en trop plein d’énergie, le sujet est enclin à s’exprimer en criant, à ne rien supporter, à s’emporter à la moindre contrariété (« soupe au lait »), à s’impatienter rapidement. Il peut avoir des irritations chroniques des yeux ou de la fatigue oculaire, des crampes, une fatigabilité, une perte de la puissance musculaire à l’effort, un sommeil perturbé par des rêves abondants, des vertiges ou des maux de tête. Voilà autant de manifestations qui invitent à « rafraîchir et à détendre » le foie pour espérer lisser ses humeurs. Il est temps de lui redonner son tonus de base et sa bonne température pour libérer le trop plein intérieur et cette sensation de pression qui monte.

3_HE-citron_santalL’HE de citron en interne est recommandée, à raison de 3 gouttes dans la bouche (avec ou exceptionnellement même sans support car elle est très douce), 3 fois par jour, en cure de 15 jours à 3 semaines. Associée à une HE de bois, elle redonne l’équilibre au principe énergétique, celle de bois de santal, à utiliser uniquement en olfaction. Cette dernière amènera les individus sous tension à se poser et à libérer leur trop plein émotionnel en douceur, sans violence pour le foie. A faire : 1 goutte de bois de santal à déposer à l’intérieur des poignets, à respirer profondément 5 fois de suite, répéter 4 fois par jour, pendant 3 semaines.

Sur les plans purement organique et biochimique, l’essence de citron est très riche en D-limonène, et autres monoterpènes. Ces molécules ont la propriété de savoir nettoyer les surfaces sur lesquelles elles se trouvent en contact. Son tropisme hépatique en fait une HE particulièrement intéressante pour désengorger en douceur le foie de ses matières graisses en excès et relancer sa fonction biliaire.

 

Nettoyer l’émonctoire foie de fond en comble

Il est recommandé deux fois par an de procéder à un nettoyage du foie en profondeur. Les cellules du foie, appelées hépatocytes, forment en effet un maillage très dense qui peut être apparenté à un « filtre ». Le sang y est acheminé au sein même des cellules, qui grâce à leur arsenal enzymatique, s’attèlent à la transformation des molécules identifiées comme dangereuses, pour les neutraliser par des réactions biochimiques et les envoyer vers le rein ou la bile, pour les éliminer. On comprend que ce filtre ait besoin d’être régulièrement nettoyé pour optimiser cette fonction de détoxification, cruciale pour l’équilibre immunitaire et la santé en général.

2_HE-liveche_celeri_citron_romarin_anethDeux HE sont incontournables et présentent des propriétés très fines sur ce sujet : celle de livèche racine et celle de céleri. Riches en phtalides, elles jouent le rôle de véritables « têtes chercheuses » pour aller libérer, avec la précision d’une tête d’épingle, les moindres recoins hépatocytaires. Il peut d’ailleurs se manifester quelques sensations de tiraillement dans le flanc droit en début de cure, signe d’un nettoyage nécessaire et efficace. Elles sont toutes les deux diurétiques s’il y a rétention d’eau, ce qui assure une élimination parfaite des toxines délogées et le respect de l’équilibre métabolique. La livèche a même la faculté de repérer les métaux lourds et de les extraire des tissus. Il est recommandé de faire appel à son aide précieuse aux intersaisons et particulièrement au printemps (saison du principe du bois), voire trois fois par an pour les professions qui manipulent des produits chimiques (dentistes, agriculteurs, coiffeurs, imprimeurs…).

Pour parfaire le travail, la synergie aromatique doit contenir des HE à cétones bien choisies. En effet, si le citron décolle les graisses des tuyaux, les HE à cétones ont la particularité de les solubiliser. Le foie est un organe particulièrement sujet à l’embonpoint. Ainsi l’HE de Romarin de Corse riche en verbénone et celle d’aneth riche en carvone, sauront l’alléger de l’inutile.

 

Les pathologies médicales majeures du foie

1_HE-ledon-groeland_khella_listee-citronnee_basilic-tropicalSur un registre plus thérapeutique – sans chercher à détrôner l’allopathie mais plutôt à la compléter pour augmenter sa pertinence et/ou pallier certains de ses effets secondaires – certaines pathologies hépatiques délicates peuvent être accompagnées conjointement avec l’aromathérapie. Notamment la lithiase biliaire (calculs) ou encore les hépatites. Dans ces deux cas, il est recommandé de suivre les conseils personnalisés d’un aromathérapeute pour être guidé au plus juste et pas à pas en fonction des réactions organiques aux HE. Sur le sujet des calculs biliaires extrêmement douloureux, les HE peuvent apporter un soulagement évident et accélérer la vitesse d’élimination des calculs, notamment si l’HE de khella est présente. Cette dernière a des propriétés dilatatrices des « tuyaux » de l’organisme inégalées. Ainsi, bronches, coronaires, voies urinaires, canal cholédoque peuvent être dilatés pour accompagner certaines pathologies comme l’asthme, les infarctus ou encore les lithiases hépatiques ou rénales.

Une autre HE, très précieuse et réservée aux pathologies hépatiques majeures, s’utilise en synergie avec le khella : celle de ledon du Groenland. Elle présente la plus haute valeur thérapeutique aromatique en matière de travail hépatique. Une valeur annoncée également par son prix, qui la réserve par la force des choses aux cas les plus délicats. A la fois décongestionnante et tonique de la sphère hépatique (et rénale), elle désenflamme le tissu hépatique pour lui permettre de recouvrer ses fonctions, tout en le drainant et le régénérant. Elle a fait ses preuves sur les terrains allergiques, les problèmes de stéatose (foie gras), de cirrhose et d’hépatite.

Pour espérer lyser les petits cailloux verdâtres, agglomérats de matières entre autres lipidiques qui bouchent les canaux, il faut en complément se diriger vers deux autres HE, celle de litsée citronnée et de basilic tropical. Toutes les deux toniques digestives, elles sont aussi solubilisantes des matières lipidiques et particulièrement des calculs gras. La litsée citronnée est par ailleurs une puissante anti-inflammatoire digestive, et celle de basilic apporte une relaxation hépatique non négligeable pour l’effet antalgique.

 

En cas d’infection

Les virus des hépatites se logent dans le tissu hépatique, la lutte immunitaire fait gonfler le foie, les vaisseaux et canaux sont écrasés empêchant la circulation des fluides (bile et sang). Les pigments jaune de bilirubine passent dans le sang et sont responsables d’un ictère. Les urines sont foncées, les selles sont plus claires et l’état général est altéré. Les marqueurs hépatiques sont tous très augmentés, signes d’une évidente souffrance du foie.

4_HE-thym-thujanol_ledon-groenland_basilic-tropicalCe sont les hépatites B et C qui sont les plus préoccupantes. L’allopathie peut trouver un second souffle avec l’accompagnement d’un protocole aromatique adapté. Il est vivement recommandé d’avoir, là aussi, un suivi par un aromathérapeute. L’approche aromatique doit se faire au long cours, pour tenter de redresser le bilan sanguin. La synergie de basilic tropical et de ledon du Groenland, couplée à un régénérateur hépatocytaire comme l’HE de thym à thujanol (ou à défaut celle de carotte), offre un bel espoir de soutien du foie dans cette période de souffrance extrême. Il est recommandé par ailleurs de soutenir activement l’immunité avec par exemple des frictions d’HE de ravintsara et d’encens. Mélanger ces deux HE à parts égales dans un flacon et masser avec 10 gouttes du mélange réparties sur le foie, la rate et le thymus (au milieu du thorax), les principaux organes lymphoïdes, 3 fois par jour, 3 semaines sur 4. C’est l’observance de ce protocole et la persévérance qui offrent la perspective d’une amélioration.

 

Les protocoles aromatiques adaptés

 


PROTOCOLE AROMATIQUE
Foie intoxiqué
Propriétés : détoxification des hépatocytes et de l’ensemble des émonctoires (peau, poumons, foie, reins et intestins), drainages des toxines hépatiques et de la bile, détoxification des métaux lourds, effet diurétique si rétention d’eau.Indications : intoxication alimentaire, prise de médicaments, cure détoxifiante saisonnière, marqueurs transaminases et γGT augmentés, ou bien cure détoxifiante saisonnière.A réaliser dans un flacon de 10 ml, en verre teinté, muni d’un compte-gouttes

HE livèche racine, Levisticum officinalis 1 ml
HE céleri, Apium graveolens 1 ml
HE citron, Citrus limonum zeste 3 ml
HE aneth, Anethum graveolens 2 ml
HE romarin à verbénone, Rosmarinus off ct verbénone 2ml

Recommandations d’utilisation :
Prendre 3 à 4 gouttes de cette synergie dans une petite cuillère avec un peu d’huile de lin ou de colza, 2 fois par jour, à la fin des repas, en cure de 15 jours à 3 semaines. Penser à bien boire pendant la cure, au moins 1 litre d’eau par jour, et à manger léger en suivant les recommandations diététiques détaillées en partie 1).

 

CONTRE-INDICATIONS : enfants, femmes enceintes et allaitantes.
Cancers hormono-dépendants (sinon remplacer romarin par estragon).
Prudence toujours en cas d’ablation de la vésicule biliaire ou d’obstruction des voies biliaires, cette synergie peut entraîner une accélération du transit, prendre seulement 2 gouttes par prise et augmenter si le transit reste confortable.

 


PROTOCOLE AROMATIQUE
Voies biliaires obstruées : calculs, lithiase
Propriétés : toniques digestives et anti-lithiase, dilatation du canal cholédoque, décongestion hépatique et rénale, régénération des hépatocytes.Indications : calculs biliaires.A réaliser dans un flacon de 10 ml, en verre teinté, muni d’un compte-gouttes

HE ledon Groenland, Ledum groenlandicum 2 ml
HE khella, Ammi visnaga 1 ml
HE litsée citronnée, Litsea citrata 3 ml
HE basilic tropical, Ocimum basilicum 4 ml

Recommandations d’utilisation :
3 gouttes de cette synergie dans un peu de miel, tous les 20 minutes, 4 à 5 fois de suite, et rajouter un massage du flanc droit avec 6 gouttes toutes les 20 minutes, jusqu’à soulagement satisfaisant. Pas plus de 8 prises par jour.

 

CONTRE-INDICATIONS : enfants, femmes enceintes et allaitantes.

 


PROTOCOLE AROMATIQUE
Protocole spécial Hépatites
Propriétés : décongestion hépatique, soutien et/ou restauration des fonctions hépatique et biliaire, régénération des hépatocytes.Indications : infection virale, médicamenteuse ou toxique hépatique (hépatite), stéatose, cirrhose.A réaliser dans un flacon de 10 ml, en verre teinté, muni d’un compte-gouttes

HE thym thujanol, Thymus vulgaris CT thujanol 3 ml
HE ledon du Groenland, Ledum groenlandicum 2 ml
HE basilic tropical, Ocimum basilicum 5 ml

Recommandations d’utilisation :
3 gouttes de cette synergie dans une petite cuillère avec un peu d’huile de lin, à la fin des repas, 3 fois par jour, 3 semaines sur 4, sur plusieurs mois. Puis faire un bilan hépatique sur les recommandations du médecin.

 

CONTRE-INDICATIONS : enfants, femmes enceintes et allaitantes.

 

Docteur en pharmacie-Aromatologue-WWW.AUDE-MAILLARD.FR

Tags: , , , ,

Catégorie: AVIS D'EXPERT

Commentaires (4)

Trackback URL | Flux RSS des commentaires

  1. Corine Picolo dit :

    Bonjour,
    au printemps dernier j’avais suivi votre conseil de cure détoxifiante avec succès en associant les HE de citron, menthe poivrée, carotte, livèche et romarin à verbenone.
    j’avais fait précéder cette cure , d’une cure avec de la Chlorelle avec une posologie progressive
    je ne retrouve plus l’article où j’avais trouvé ces posologies, pourriez vous m’éclairer?
    en vous remerciant

  2. article très intéressant car scientifiquement documenté.
    merci pour la qualité.

  3. pesci dit :

    bonjour; je voudrais bien nettoyer mon foie mais dois je commencer par le 1er plus simple avec citron romarin basilic ou celui des voies biliaires ou foie intoxiqué ou les 3? Et pour le pancreas et intestins car je sais qu il est tres important de nettoyer les intestins, notre 2eme cerveau et le mien en a besoin; et aussi les reins
    les chinois disent que cela peut meme refaire pousser les cheveux colorés est ce vrai? Et avez vous un protocole a ce sujet?
    Et prendre en meme temps tisanes de fumeterre et/ou aubier de tilleul et pissenlit est ce trop ou le faire plus tard?
    boire tisanr de romarin chaque jour n est pas aussi efficace qu HE?
    Merci pour vos reponses
    cordialement

Poster une réponse