Prendre soin de sa poitrine avec les huiles essentielles

| 17 février 2016 | 25 Commentaires

PROBLÈMES FÉMININS
Seins douloureux, polykystiques, mastose

L’expert : Aude Maillard, Docteur en Pharmacie, Aromathérapeute et Réflexologue.

Praticienne et diplômée en aromathérapie scientifique, réflexologie plantaire et olfactothérapie, Aude Maillard a une approche très complète des huiles essentielles, à la fois scientifique et énergétique.C’est aussi et avant tout une passionnée des huiles essentielles, avide de transmettre son savoir. Aude Maillard anime aujourd’hui des ateliers d’Aromathérapie Aroma-Zone et est également à votre disposition pour des consultations personnalisées : pour davantage d’informations, connectez-vous sur www.aude-maillard.fr

Soins des seins

Les seins sont en perpétuelle modification et évolution, selon l’âge, l’activité hormonale, l’état psycho-affectif et même l’équilibre alimentaire et l’hygiène de vie. Ces influences multiples proviennent de leur sensibilité extrême aux hormones sexuelles. La chimie du corps est par ailleurs réactive à de multiples stimuli et peut bousculer en profondeur tissus et organes. Les seins congestionnés, douloureux, polykystiques, la mastose et même le stade avancé de mastite au-delà de l’inconfort féminin qu’ils entraînent, peuvent être les prémices de problèmes plus sérieux. Quelles sont les solutions que l’aromathérapie offre aux femmes pour prendre soin de leurs seins, aiguiser leur féminité, et prévenir les complications comme le cancer ?

 

De la puberté à la ménopause, le confort et la santé des seins sont une préoccupation quotidienne des femmes. Préserver leur intégrité est un gage de bien-être et aussi de santé globale. Ils sont pour tout mammifère le symbole de « l’appropriation de l’incarnation », la promesse de la vie par la nourriture qui en découle. Ils contribuent à de nombreux aspects essentiels à la vie d’une femme : sa féminité, sa maternité, son équilibre psycho émotionnel, affectif. En bref, ils font partie de son identité. Si cet attribut féminin peut être le siège de plaisir infini, sa vulnérabilité est aussi susceptible d’amener de profondes souffrances : congestion, stases, kystes… C’est alors la femme dans sa globalité qui est touchée.

 

De la voie lactée à la sensualité en passant par l’immunité

Soins des seinsSymbole de la féminité, leur taille et leur forme sont en relation directe avec l’équilibre hormonal global féminin (imprégnation en œstrogène et progestérone), mais aussi avec l’indice de masse graisseuse et donc avec le métabolisme. Tissu richement vascularisé, les seins sont parcourus par tout un réseau de vaisseaux sanguins et aussi lymphatiques qui assurent leur irrigation et leur protection immunologique, en drainant les toxines et en les collectant au niveau des ganglions. Ces derniers sont très nombreux au niveau sous claviculaire et axillaire. La palpation de ces zones est d’ailleurs systématique par le gynécologue à la recherche d’éventuels foyers infectieux ou cancéreux. Les seins sont par ailleurs dotés de glandes spécifiques chargées de la lactation, qui se préparent tout au long de la grossesse. Les seins peuvent donc ainsi augmenter de volume de manière très significative et fournir la première nourriture de la vie : le lait maternel. Cette fonction lactée rajoute de la complexité et de la fragilité à ce tissu hautement organisé. Par ailleurs, les mamelons sont aussi une source de plaisirs sensuels intenses, capables de s’ériger à la stimulation par de micro-contractions musculaires. On parle d’érection mammaire. Tout autour de l’aréole les petites saillies correspondent aux tubercules de Montgomery. Ces glandes sébacées ont un rôle à la fois chimiotactile et immunitaire. Elles sécrètent des molécules volatiles (phéromones) pour inciter le bébé à la succion, mais aussi du sébum pour lubrifier le mamelon, l’acidifier et le protéger des risques infectieux. Voilà donc une zone de tous les dangers, où allaitement et sexualité se chevauchent, où plaisir et douleur se succèdent et au travers de laquelle toutes les facettes de la femme coexistent et se rejoignent. Elle requiert donc douceur, respect, écoute et une attention particulière peut lui être portée avec les huiles essentielles pour la préserver et l’aider à chaque étape de la vie.

 

Lorsque l’équilibre se rompt

Soins des seinsLe tissu mammaire est en perpétuelle modification. Dès la puberté, sous l’influence de la sécrétion des premières hormones féminines, les mamelons se soulèvent, les glandes de la lactation se mettent en placent avec tout leur réseau galactophore, le tissu adipeux se constitue et participe à la taille et à leur forme finale. Au fur et à mesure des cycles menstruels, les pics successifs d’œstrogènes et de progestérone forgent les seins, qui ne deviendront pleinement matures qu’au moment où ils auront un jour sécrété la substance lactée. L’allaitement est par ailleurs préventif du cancer du sein hormono-dépendant, comme si cette fonction physiologique de lactation était une étape nécessaire dans la vie d’une femme. A chaque cycle, et cela tout au long de la période de reproduction, les seins subissent des vagues hormonales. Ils réagissent aux œstrogènes qui les font gonfler et à la progestérone de fin de cycle qui les prépare à la lactation. Les œstrogènes augmentent en effet la multiplication des cellules et le développement des canaux galactophores tout en accroissant la perméabilité vasculaire, ce qui favorise l’œdème et la congestion. Ses imprégnations fluctuantes peuvent parfois fragiliser les tissus, et la sensibilité des récepteurs aux hormones peut s’altérer. Il en découle l’apparition de zones qui s’échauffent, qui deviennent sensibles ou même douloureuses. Lorsque ces micro-foyers inflammatoires se multiplient on parle de mastose qui se caractérise aussi parfois par l’apparition de kystes. Toute boule persistante sur plusieurs cycles, détectée par palpation, doit amener à consulter un médecin gynécologue. Si ces micro-inflammations sont récurrentes, elles font le siège de la mastite, qui n’est autre que le stade de pré-cancer. L’allopathie n’amène pas de solution réellement satisfaisante hormis les traitements hormonaux contraceptifs. Ceux-ci ont pour objectif d’apporter une imprégnation hormonale artificielle et maîtrisée, pour lisser la physiologie féminine dans son ensemble (stopper les ovulations, gommer les effets œstrogéniques sur les seins mais aussi dans l’ensemble de l’organisme). Les huiles essentielles peuvent s’inscrire dans une approche symptomatique très efficace, et préserver l’intégrité et la beauté des seins.

 

Des solutions aromatiques exclusivement féminines

He Laurier et Baume de CopahuCertaines molécules aromatiques sont porteuses d’espoir en matière d’oncologie et plus particulièrement sur le cancer de sein. Précisément, le costunolide présent dans l’huile essentielle de Laurier noble, qui a été testé sur des cellules cancéreuses. Il a montré son efficacité anti-proliférative et même réorganisatrice de la structure cellulaire. Les propriétés anti-inflammatoires et antalgiques de l’huile essentielle de Laurier noble sont en partie dues à cette molécule qui a par ailleurs la faculté de contrôler et moduler les processus inflammatoires de l’organisme, en travaillant directement sur les macrophages, mais aussi les neuromédiateurs comme l’interleukine 6. En appliquant régulièrement l’huile essentielle de Laurier noble sur des seins gonflés, polykysitiques, non seulement les foyers douloureux s’estompent au fil du temps mais la prévention anti-cancer est aussi optimale. Une autre huile essentielle est une incontournable de la congestion mammaire : celle de Palmarosa. Formidable lymphotonique, cette huile essentielle lève toutes les stases. Elle permet d’affiner et de désensibiliser la zone dans le respect de la physiologie féminine. Les déodorants naturels confectionnés d’ailleurs avec un peu de cette huile essentielle, déposés sous les aisselles contribuent à faire dégonfler et à libérer les poitrines tendues ! Enfin pour compléter la synergie, une troisième huile essentielle est celle de Baume de Copahu. Voilà un véritable baume contre toutes les sortes d’inflammations, articulaires, musculaires, dermatologiques ou encore inflammation des tissus mous (vasculaires, nerveux…). Constituée à plus de 95 % de molécules sesquiterpéniques, cette huile essentielle est connue pour ses propriétés modulatrices de l’inflammation et même de l’immunité. La présence de béta-caryophyllène en fait un outil privilégié pour rééduquer les cellules de l’inflammation et éviter que des processus chroniques involutifs s’installent. Elle permettra de canaliser tout débordement infectieux si quelques kystes commençaient à s’infecter. Alors même si la bonne santé des seins est aussi en partie le reflet de l’équilibre psycho-affectif et hormonal, et des souffrances profondes conscientes ou inconscientes qui peuvent en découler, toute femme a intérêt à côtoyer ces huiles si justes pour elle. Elles l’aideront à réharmoniser les tissus et à lever l’épée de Damoclès.

 

 


MA FORMULE
Décongestionner et soulager les seins douloureux
Propriétés : décongestionnante, circulatoire lymphatique, antalgique, modulatrice des processus inflammatoire.Indications : seins congestionnés et douloureux, mastose, mastites, kystes.Voie cutanée : à réaliser dans un flacon en verre teinté de 30 ml, muni d’un compte-gouttes.He Laurier, Baume de Copahu, Palmarosa

Huile essentielle de Palmarosa BIO, Cymbopogon martinii  2 ml
Huile essentielle de Laurier noble BIO, Laurus nobilis  2 ml
Baume de copahu, Copaifera officinalis  2 ml
Huile végétale de Calophylle inophyle BIO  5 ml
Macérat huileux de Millepertuis BIO  19 ml

 

Recommandations d’utilisation :
Prendre un flacon en verre teinté de 30 ml muni d’un compte-gouttes, y verser les huiles essentielles selon les quantités indiquées, compléter jusqu’en haut du flacon avec le macérât de Millepertuis, refermer soigneusement et agiter.

 

MODE D’UTILISATION
Voie cutanée : appliquer 10 gouttes sur chaque sein, en procédant à des massages doux circulaires, en partant du mamelon et en augmentant doucement le diamètre des cercles pour finir sous l’aisselle, en pompant pour réactiver les ganglions lymphatiques qui se trouvent sous les bras. Appliquer 1 à 2 fois par jour, selon les besoins à faire dégonfler ou soulager la poitrine. Suivre un protocole de 3 semaines puis arrêter, renouveler à la demande après au moins une semaine d’arrêt

 PRÉCAUTIONS D’EMPLOI : pas d’exposition au soleil (macérât huileux de Millepertuis)

CONTRE-INDICATIONS : femme enceinte ou allaitante, cancer hormono-dépendant en phase aigüe (pendant un cancer, il ne faut pas activer la circulation lymphatique). Cette synergie n’est pas contre-indiquée pour prévenir les récidives lorsqu’il n’y pas plus de risque de métastases.
Ces conseils ne se substituent pas une consultation médicale, mais constituent un complément de soin.

Docteur en pharmacie-Aromatologue-WWW.AUDE-MAILLARD.FR

Tags: , , , , , , , , ,

Catégorie: AVIS D'EXPERT

Commentaires (25)

Trackback URL | Flux RSS des commentaires

  1. Carine dit :

    Bonjour, merci pour ce précieux dossier..j ai une question…pourquoi utilisez vous de l’huile de millepertuis ? j’aurais plus vite pensé à de l’huile d’onagre..

    Merci pour votre réponse.

    Carine

  2. irina dit :

    Bonjour, je me suis très inspirée de cette article,je le trouve bien util pour les femmes qui souffrent des kystes et des douleurs des seins. En ce rapport, je vous adrèsse ma demande: si je traduis cet article en russe et publie sa traduction avec le lien sur la source originale sur mon blog pour la publique russe? Est-ce que ce serait-il possible? Je sais que plusieurs mes compatriotes vous apprécient beaucoup comme le magasin des produits de haute qualité.Cependant, la plupart d’eux est privée d’opportunité de vous lire à cause des limites de langue,en effet, assez peu personnes comprennent le français.Ainsi, une telle collaboration spontannée pourrais vous donner de nouveaux clients et promouvoir votre blog parmi la publique russophone.
    Si vous êtes intéressés, veuillez,s’il vous plaît, me faire connaitre via mon courriel.
    Avec toute ma reconnsissance,
    Irina

    • Aroma-Zone dit :

      Bonjour Irina,
      Nous vous remercions pour votre confiance.
      Nous vous serions très reconnaissants de traduire cet article en russe. Nous vous demandons simplement de bien citer les sources ainsi que d’ajouter un lien vers l’article sur notre blog.
      Nous espérons que cet article sera utile à de nombreuses femmes.
      Excellente journée à vous !
      Lucie
      Aroma-Zone

  3. carpentier dit :

    Bonjour, j’ai des kystes aux seins depuis très longtemps mais je ne l’ai appris qu’en faisant ma première mammographie/échographie. Personne ne m’a dit alors qu’il était souhaitable de faire des massages ne serait-ce qu’avec une bonne huile comme le jojoba. Je trouve terrible que tant de femmes ignorent ces petites solutions si simples. Merci à vous de nous informer. Je transmets l’info autour de moi et sur ma page face book.

  4. cledice dit :

    bonjour,

    article bien documenté, j’adore.

    Petit bémol : les gynécologue ne sont pas les seuls à s’occuper du suivit des femmes : les sages femmes sont les premières à qui ont peut venir parler allaitement et donc changement corporel au niveau de la poitrine. Elles sont aptes à suivre de manière gynécologique toutes les femmes en bonnes santé, ce qui veux dire réaliser la palpations des seins, prescrire examens necessaire etc.
    Il serait bon de le spécifier.

  5. courbon janine dit :

    J’ai lu avec attention votre article sur l’entretien des seins, que conseillez-vous pour préserver la fermeté des seins chez une femme ménopausée. Merci pour votre réponse.

  6. Lika dit :

    Merci pour cet article instructif et intéressant ! je n’ai pas ce problème mais c’est vraiment bon à savoir, j’en ferai profiter des amies.
    par contre je n’ai jamais lié mon identité au fait d’avoir des seins, c’est plus encombrant qu’autre chose et j’aurais apprécié de ne pas en avoir du tout meme si je n’en ai pas beaucoup 🙂 par contre moi aussi je serai curieuse de savoir comment les garder fermes une fois ménopausée (je ne le suis pas encore) à défaut de pouvoir les effacer. Jusqu’ici j’ai lu et pu constater que muscler ls pectoraux, les douches froides, l’huile de paquerette, l’huile de ricin (pour moi c’est efficace sur la peau) et l’aloe vera sont assez efficaces, comme la peau est juste plus déshydratée après cette chose, ça devrait donner d’assez bons résultats. L’exercice est important en tout cas, ayant maigri ma poitrine semblait presque tombante et depuis que je pratique le rameur et un peu de muscu j’ai constaté qu’elle avait remonté d’un bon cm, résultat d’autant plus probant que parallelement je fais (prudemment) le test de remplacer le soutien gorge par un débardeur (en hiver, sous les pulls, pour l’été il faudra trouver autre chose)

  7. Laure dit :

    Bonjour, je pensais trouver ici des informations plus générales pour « comment préserver la beauté de sa poitrine grâce aux huiles essentielles » (qui était le titre qui renvoyait à cet article).
    Ce dossier traite d’un cas plutôt médical qui concerne certainement de nombreuses femmes mais qui reste toutefois spécifique.
    La vraie question que toutes les femmes se posent :
    Comment prendre soin de sa poitrine : les bons gestes d’hydratation au quotidien, comment préserver le galbe et/ou obtenir un effet raffermissant…

    Je suis très en attente d’un article de ce type pour m’aider dans mes choix et m’aiguiller vers les bons produits. J’avoue que j’ai un peu de mal à prendre l’initiative de mixer les produits pour me préparer mon « super soin buste ».

    Merci beaucoup

  8. Catherine GIRAULT dit :

    Je me permets d’apporter mon expérience et peut-être une réponse à Janine. Je suis ménopausée et me masse les seins tous les matins après la douche avec de l’huile de bellis (macérât de pâquerettes). J’en suis très satisfaite. Mes seins ont davantage de tenue et je porte le moins possible de soutien-gorge, ce qui les fait travailler, car il ne faut pas oublier que ce sont des muscles et comme les autres, ils doivent travailler pour se maintenir ! Je précise tout de même que j’ai une petite poitrine. Merci à Aude pour tous ses articles y compris dans la revue «Plantes et Santé». Catherine G.

  9. lioune dit :

    Bonjour Aude,

    Merci pour votre article clair qui m’a bien éclairée. Votre formule pourrait-elle convenir aussi à une (ex belle poitrine) ménopausée qui a changé et s’affaisse : 2 tailles de plus et 2 profondeurs de bonnet! ne supportant plus les S.G..
    Merci d »avance pour votre réponse 🙂 L

  10. Séverine dit :

    Bonjour,

    Merci pour cette article très intéressant; je vous pose la même question que Janine, mais pour une femme non ménopausée qui a plutôt une forte poitrine (et donc la sensation que la peau « lâche »)?

    Merci.

  11. abi dit :

    Bonjour, je souhaite savoir si le mélange qui est recommandé ci-dessus est vendu directement, en effet, je ne sais pas si le fait de le faire nous mêmes soit pour moi en tout cas très recommandé. Si il y’avait une erreur quelles seraient les conséquences ??

    Merci de votre réponse, je souhaite commander donc assez urgent

  12. MICHEL dit :

    Bonjour,
    Vous ne parlez pas des poitrines « généreuses » pour les tonifier et pour le relâchement
    Merci

  13. natalie danonville dit :

    Bonjour,

    J’ai acheté chez vous de l’huie Kigelia pour raffermir la poitrine, je le mélange dans de l’huile d’argan 30 ml mais je voudrais savoir combien de goutte de kigelia je dois mettre dans l’huile d’argan.
    Merci beaucoup
    Natalie

  14. MALACHANE dit :

    pendant combien de temps dure le traitement pour les seins qui ont des kystes ou mastose ? Il y a la recette mais pas la durée du traitement. Merci de me le faire savoir.

    Cordialement

    • Aroma-Zone dit :

      Bonjour,
      Aude Maillard conseille d’appliquer cette formule 1 à 2 fois par jour, selon les besoins à faire dégonfler ou soulager la poitrine. Suivre un protocole de 3 semaines puis arrêter, renouveler à la demande après au moins une semaine d’arrêt.
      Très belles découvertes aromatiques à vous,
      Lucie
      Aroma-Zone

  15. Marie dit :

    Bonjour, merci et bravo pour cet article plein de conseils de pro et qui souffle un vent d’optimisme sur la morosité ambiante du cancer du sein…
    Serait ce possible d’avoir accès à ces études, sont-elles faites en France ?

  16. fonty dit :

    combien de fois par jour faut-il utiliser le mélange ?

    • Aroma-Zone dit :

      Bonjour Pascale,
      Aude Maillard conseille d’appliquer cette formule 1 à 2 fois par jour, selon les besoins à faire dégonfler ou soulager la poitrine. Suivre un protocole de 3 semaines puis arrêter, renouveler à la demande après au moins une semaine d’arrêt.
      Très belles découvertes aromatiques à vous,
      Lucie
      Aroma-Zone

  17. Lise dit :

    Bonjour
    je viens de réaliser la recette et tout d’un coup je suis prise d’un doute : une fois qu’on a rempli le flacon de 30 ml avec les huiles essentielles à hauteur de 11 ml ( 5+2+2+2 ) il ne reste plus que 20 ml pour l’huile de millepertuis alors qu’il est indiqué d’en mettre 30 ml … Du coup je me demande si j’ai fait une erreur et si ma préparation est bonne ? Merci pour votre réponse !

    • Aroma-Zone dit :

      Bonjour,
      Nous conseillons dans la recette de mettre 19 ml de macérât huileux de Millepertuis. Votre préparation est donc parfaite !
      Très belles découvertes à vous,
      Lucie
      Aroma-Zone

  18. pellet dit :

    Bonjour,
    je suis interessée par cette recette mais comment calculer les doses
    2 ml correspond à combien de gouttes?

  19. stephanie dit :

    bonjour, et merci pour vos conseils.
    je suis ménopausée et j’ai des mastoses, j’utilise depuis toujours de l’huile pour ma poitrine(j’ai varié selon mon âge), amande douce quand j’étais enceinte, (je n’ai pas de vergetures)et utiliser de l’huile de camélia juste après la douche sur une peau humide, ou l’été sur une peau sèche avec une douche fraîche sur tout le corps.
    je continue tous les matins à faire mon layering pour seins, et j’avoue que cela donne de bons résultat car à 51 ans j’ai une belle poitrine ferme.
    bonne journée
    Stephanie

  20. brouna dit :

    J’ai lu avec attention votre article sur l’entretien des seins, que conseillez-vous pour préserver la fermeté des seins chez une femme qui ont eu des enfants

Poster une réponse